Will be fine

09 octobre 2019

Une simulation d'avion

La vie d'adulte a ses avantages. Cela m'a frappé il y a quelques jours, lorsque j'ai testé un simulateur de vol. Ça s'est passé dans les environs de Paris, et pour tout dire, j'ai été confondu par le rendu de ce vol. Lorsque je me représente les simulateurs de vol qui me semblaient le comble du réalisme étant enfant, la différence est impressionnante. En ce temps-là, les jeux étaient encore limités à 16 couleurs. Naturellement, aujourd'hui, tout cela ressemble à de la préhistoire. Les jeunes vivent dans un monde d'écrans. Ces simulateurs n'ont pour eux rien de surprenant. Mais pour moi qui ai eu une Master System, c'est réellement irréel. Le présent est improbable, mais en fait, seuls les adultes ont une chance de le comprendre. ls ont grandi dans un monde où l'interface Windows n'existait pas encore. Et cette expérience a sacrément changé ma manière de voir. Jusqu'ici, je connectais la magie à l'enfance. Pourtant, ce que j'ai senti pendant cette simulation suggère qu'il existe certaines choses qui ne peuvent être discernées que par les grandes personnes. Cette découverte m'a enseigné que : la magie est présente à tout âge, et il suffit de regarder autour de soi pour s'en persuader. Si vous avez connu les hypermarchés Mammouth, ce simulateur de vol! Voici le site du prestataire, pour ceux que ça intéresse. En savoir davantage en suivant le lien sur le site de l'organisateur de ce vol en simulateur à Paris.

simulateurdevol5 (5)

Posté par scoureau à 17:23 - Permalien [#]

31 juillet 2019

Virtuellement Rome

Certains sont persuadés que la réalité virtuelle est un caprice du moment, destiné à retomber comme un soufflé, une fois l'effet de surprise passé. Mais vous savez quoi ? Je ne partage pas du tout leurs idées. Tout récemment, un incentive à Rome m'a en effet donné la possiblité de découvrir de cette réalité. Et si j'ai pu apprendre quelque chose lors de cette activité, c'est que la réalité virtuelle est promise à un bel avenir. En réalité, quand on l'a savourée, il paraît très difficile de jouer surun écran tout bête ; cela reviendrait à passer d'un écran 4K contre un ZX80. Entre le casque qui fournit une escapade ahurissante, et les écrans tradis dont le spectacle est limité par les bords de l'écran, je me demande bien qui pourrait hésiter. La réalité virtuelle tâtonne encore. Ce qui ne l'empêche pas d'offrir une expérience positivement renversante. J'imagine ce qu'elle va donner d'ici trois-quatre ans, lorsque tout le monde l'utilisera. Ce sera d'autant plus passionnant que la VR ne restera sans doute pas d'envahir l'univers vidéoludique. Je pense qu'elle va devenir une expérience quotidienne. Certains prétendront que je manque de recul, et ils s'appuient sur le fait que le public ne voudra pas s'extraire hors du monde réel. Je serais prêt à parier que ce sont les mêmes qui ne croyaient pas que les gens ne se se mettraient jamais aux jeux sur leur smartphone. Le combo gagnant sera probablement un mix réalité virtuelle / réalité augmentée. Mais l'important, c'est que cette réalité virtuelle va crever le plafond dans les prochaines années, et nous devrions nous y intéresser dès aujourd'hui. Parce que de la même manière que le smartphone, elle va profondément réinventer notre ordinaire ! Soit dit en passant, cet incentive à Rome  : la soirée VR était vraiment savoureuse. Je vous mets en lien l'agence qui l'a géré, si vous voulez en savoir plus.Suivez le lien pour toute information sur ce voyage entreprise à Rome.

Posté par scoureau à 15:08 - Permalien [#]
29 juillet 2019

Tout le monde va à Tulum

Appelez cela l'effet Burning Man: là où vont les bohémiens, les milliardaires suivent. Et cela se passe à Tulum, au Mexique. Tout comme le bacchanal de style de vie alternatif Black Rock attire à présent les dirigeants du Fortune 500 dans l’air élégant Airstreams, Tulum est en train de créer l’ambiance jadis balnéaire de la plage. Pendant des décennies, cette partie sauvage de la Riviera Maya a été le repaire secret du riche ensemble hippie du monde, venu ici pour méditer près des temples mayas et se détendre sur la plage de sable blanc qui sépare la jungle épaisse du turquoise des Caraïbes. . Au fil des années, le nombre croissant de voyageurs cosmopolites s’est rallié à celui d’Instagram, accélérant l’évolution de la ville éminemment photographable. Tulum dispose désormais de suffisamment d’hébergements cinq étoiles, d’options de vie nocturne animées par un DJ et de restaurants de classe mondiale pour rendre les PDG aussi heureux que la classe créative. Et même si les premiers utilisateurs peuvent se plaindre des nouveaux venus, vous ne les entendrez probablement pas se plaindre de leur restaurants préférés restant ouverts toute l'année. Dans Tulum 3.0, la communauté intentionnelle d’un homme constitue l’opportunité de créer un réseau avec un autre, mais dans le contexte d’un sanctuaire de plage alimenté au mezcal. Il y a quelques années, il était impensable de faire converger les types de sociétés vers un tronçon de la côte du Yucatán, certes magnifique, mais sous-desservi, mais au cours des dernières années, des types d'entreprises plus conscients ont rendu ce travail difficile et passionnant. Cette année a été la deuxième fois que Tulum a accueilli le tristement célèbre sommet Summit Series (souvent qualifié de Davos à la rencontre du Burning Man), au cours duquel plusieurs centaines de leaders d'opinion et de dirigeants s'exécutent sur des jets privés et déboursent jusqu'à 5 000 USD pour débattre plage avant de frapper DJ sets au clair de lune au milieu de la jungle. Les habitués de Soho House qui cherchent à maximiser leurs temps d'arrêt disposent désormais d'un lieu idéal pour poster avec Habitas Tulum, un boutique-hôtel en bord de plage avec un salon qui dessert la côte, il n'y a pas de télé est Wi-Fi - et Moro, son restaurant, qui est le lieu par excellence pour se rassembler lorsque des invités arrivent de Los Angeles ou de New York. L’éloignement et la beauté naturelle de Tulum en font une retraite d’entreprise attrayante, mais elle offre également aux non-élus un éventail d’activités de plein air uniques, y compris l’expérience sans précédent de plongée en apnée dans les piscines d’eau douce souterraines de la région, appelées cenotes. Et aucune quantité de gentrification contemporaine ne peut diminuer le pouvoir de grimper au sommet des ruines mayas de Coba et de contempler la jungle depuis un perchoir construit il y a plus de mille ans. À la tombée de la nuit, les options sont de plus en plus décadentes et luxueuses. Alors que Hartwood était le proto au feu de bois, le Yucatan par l’intermédiaire du restaurant mexicain mod de Williamsburg, il a été rejoint par des imitateurs qui ont rehaussé le glam. Oui, Gitano à Tulum a déjà inspiré un avant-poste new-yorkais, mais pour les fans des 50 meilleurs restaurants du monde, Arca est le lieu idéal, car il est dirigé par un chef autrefois cuisiné dans l'un d'entre eux: le temple gastronomique Noma. Commencez la soirée avec une roulade de cochon de lait et un Mayami. Un cocktail agréable à base de gin et de liqueur d’anis locale, Xtabentún. Ne vous attendez pas à Copenhague élégant. Ici, le design penche vers l’alfresco rustique, et ce ne serait pas Tulum sans l’odeur charmante de la résine de copal, un insectifuge naturel et local, qu’un visiteur pourrait prendre pour de l’encens.

Posté par scoureau à 16:01 - Permalien [#]
23 mai 2019

Un vol unique, en avion de chasse

Voilà un moment que je ne suis pas près d'oublier : dernièrement, j'ai en effet pratiqué un vol en avion de chasse. Avec de la voltige et un vol en basse altitude, histoir de ne rien gâcher ! Ça s'est passé à Reims et c'était franchement hallucinant. J'ai adoré de bout en bout. Pourtant, en racontant mon expérience le lundi matin, j'ai été frappé par la réaction de mes collègues ; ils n'approuvaient pas. Ils n'admettaient en fait tout simplement pas le fait que j'aie pu gâcher une moitié de salaire pour vivre un moment aussi bref. Ça m'a tellement scotché que je suis resté coi sur le moment. Mais toute discussion aurait sans doute été inutile, avec le recul. Ces gens ont une conception du monde si étrangère à la mienne que toute compréhension est impossible entre nous, même si je m'étais évertué à leur exposer mon point de vue. Effectivement, j'aurais pu garder ce capital pour acquérir un nouveau téléviseur. Oui mais voilà : je n'en ai aucun besoin. J'ai déjà le nécessaire, merci bien. Et je pense également que nous devrions tous nous concentrons plutôt sur les moments rarissimes qu'offre la vie. Tout le temps qu'on passe devant le téléviseur est du temps gaspillé pour rien. Le peu de temps que j'ai passé en altitude, par contre, restera gravé en lettres de feu dans ma mémoire. Et c'est ça qui compte, à mon sens ! Ça se résume à un choix, en fin de compte. Une vie devant un écran est-elle vraiment une vie ? Personnellement, j'ai un doute. Et peu importe si les gens pensent le contraire et jugent mes choix de vie. La bave du crapaud ne saurait atteindre la blanche colombe que je suis : surtout quand ladite colombe est dans un avion de chasse ! Pour ceux qui veulent en savoir plus, voilà le prestataire par lequel je suis passé pour ce vol. Si vous êtes facilement malade dans les transports, en revanche, oubliez tout de suite : ça secoue drôlement, là-haut ! Et même moi qui ai pourtant l'estomac solide, j'avais un joli teint verdâtre en retrouvant le tarmac ! :) Retrouvez toutes les infos sur ce baptême en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par scoureau à 15:55 - Permalien [#]
21 mai 2019

La liberté d’Onfray

«J'ai appelé Marina Carrère d'Encausse pour lui dire: "Tu déconnes à plein tube". Je trouve le texte de Michel Onfray graveleux et de mauvais goût, mais c'est au tribunal de juger s'il est homophobe. C'est lamentable de le décommander pour ces raisons. De quel droit on censure un philosophe? …». Au-delà des pontes du paysage audiovisuel français, Michel Onfray pense que l'Élysée pourrait lui en vouloir personnellement. Le 28 septembre, il annonçait mettre un terme à l'enseignement qu'il prodiguait à ses élèves de l'Université populaire de Caen. Si l'intellectuel normand a décidé de quitter l'estrade d'une institution qu'il a lui-même créée en 2002 et qui visait à fournir une éducation populaire, gratuite et ouverte à tous, c'est qu'une mauvaise nouvelle venait de lui parvenir à l'oreille. Il venait d'apprendre que c'est précisément dans les oreilles des auditeurs de France Culture que ne résonnera plus sa voix. La radio du service public avait décidé d'arrêter de retransmettre ses cours comme elle en avait pris l'habitude chaque été. Michel Onfray émet l'hypothèse d'une décision politique, même s'il prend ses précautions. Un post Facebook reproche à Christophe Castaner d'avoir côtoyé une figure du grand banditisme. L'information provient d'un article du JDD. Vous avez été plusieurs à nous interpeller sur un post Facebook partagé des dizaines de milliers de fois sur Christophe Castaner. On y voit le ministre de l’intérieur, coupe mulet et chemise ouverte sur gourmette et torse poilu. La légende, reprochant à Castaner sa fermeté contre les barrages de gilets jaunes non déclarés, rappelle: «n’oubliez pas que celui qui veut nous donner des ordres est un ancien voyou». Vous nous demandez si ce passé de «voyou» est vrai. Précisons d’abord que l’image d’illustration est un photomontage. Sur la photo d’origine, Castaner porte bien une coupe mulet et une chaîne mais sa chemise est bleue et fermée sous sa veste. L’image avait été déterrée par le magazine du monde M en novembre 2017, dans une chronique décryptant les styles des politiques. Mais aussitôt, il recourt aux mêmes armes en expliquant que les artisans de la rigueur ne sont pas seulement dans l’erreur, mais qu’ils agissent par morgue ou par mépris, ce qui est faux, de toute évidence. Il est exact d’une partie de l’extrême gauche - dont Onfray se réclamait - a focalisé son action sur les marges de la société, défendant le droit des homosexuels, des aliénés, des sans-papiers, etc. Etait-ce par mépris du peuple ? Badiou, Deleuze, Foucault, quoi qu’on pense de leurs thèses, méprisaient-ils ou méprisent-ils le peuple ? L’accusation est insultante, gratuite, arbitraire. Quant à la gauche de gouvernement, elle s’est efforcée, quoi qu’on en dise, d’améliorer la condition du peuple. Bien sûr, il s’agit de réformes partielles qu’on tient pour insignifiantes dès lors qu’on se place à des hauteurs philosophiques. ], à un tournant important des relations entre la France et l’Afrique. Janvier 1994, c’est effectivement la dévaluation du franc CFA, le glas du bilatéralisme et l’adoption de programmes d’ajustement structurel, bénéficiant du soutien du FMI. Ce concept est une association de ce que l’on appelait précédemment le néocolonialisme et d’une vision, à mon avis truquée, de ce qui s’est déroulé au Rwanda. Le point ultime de la notion de « Françafrique » - telle que développée par F-X. Verschave - est en effet la complicité de la France dans le génocide rwandais. 3Le terme a eu tellement de retentissement qu’il caractérise aujourd’hui, pour les observateurs des relations entre la France et l’Afrique, tout ce qui s’est déroulé depuis les indépendances, c’est-à-dire depuis les années 1960, jusqu’à la période actuelle. Marine Le Pen, qui lit peut-être Michéa, a de son côté accusé Christophe Castaner de mener une "stratégie de la tension". Tout à leur entreprise de désinformation, les chaînes qui tournent en boucle leur propagande anti-Gilets jaunes ont commencé la semaine en faisant savoir que, le lundi, la mobilisation avait beaucoup baissé, que les occupations étaient moins nombreuses, etc, etc. Faut-il préciser à ces néo-journalistes que ce petit peuple exprimant sa souffrance ne peut manifester sur la longue durée comme peuvent le faire les fonctionnaires ? Certes les agents de l’Etat perdent de l’argent (quand le syndicat ne négocie pas, c’est parfois dans son plan, un paiement du temps de certains jours de grève…), mais jamais leur travail. Alors que les Gilets jaunes perdent et de l’argent et leur travail s’ils s’installent durablement sur les ronds-points parce qu’ils ont une profession modeste, voire un employeur qui n’hésiterait pas à les licencier si d’aventure ils ne venaient pas travailler. Pour les Gilets jaunes, c’est la double peine.

Posté par scoureau à 18:18 - Permalien [#]

27 mars 2019

Abracadabrantesque

Samedi dernier, j'ai exécuté un vol en avion de chasse. Je ne pense pas qu'on puisse décrire un tel vol, et je dois dire que j'ai un peu hésité à écrire un article sur le sujet. Mais en même temps, si je ne fais pas part d'une expérience comme celle-là, ce blog ? Dimanche dernier, je me suis donc rendu à l'aéroport pour y faire mon vol. Si vous avez en tête Les chevaliers du ciel, je vais vous décevoir. Le vol ne s'est pas fait sur un avion au look agressif, mais sur un Fouga Magister, qui a longtemps servi à la Patrouille de France : un avion parfait pour les meetings aériens mais qui n'a pas du tout le look agressif d'un avion de chasse, avec sa queue si singulière. Une fois qu'on a décollé, je me suis d'emblée senti bien. Il faut dire que l'appareil présente une forte puissance qu'on se sent en sécurité : il ne dévie pas d'un iota de sa trajectoire, même avec un vent assez violent. On est bien loin de ce  qu'on peut ressentir à bord d'un avion de loisir ! Si ça commence assez doucement, il faut vous dire qu'il faut être en bonne condition physique pour profiter d'un vol de ce type n'est pas pour les âmes sensibles (d'ailleurs, il faut avoir un certificat médical pour pouvoir le réaliser. Si le vol est plutôt pépère les premières minutes, quand le pilote vole à basse altitude, le vol prend un tout autre visage quand démarre la voltige aérienne ! On découvre la violence du schmilblick dès la première figure, quand on se retrouve aplati contre son siège en raison de la vitesse. La pression qu'on ressent sur le corps est inouie. Il faut encaisser 4,5 G dans certaines figures et on pèse alors 4,5 fois son poids normal ! On doit se contracter autant que possible si on veut ne pas tomber dans les vapes. Evidemment, j'ai bien conscience que présenté de cette façon, ça ressemble assez à une souffrance, mais c'est véritablement une sensation magique. Le plus dur, en fait, reste de passer des G positifs aux négatifs quand on ne s'y attend pas. Ca, on peut dire que ça remue nettement l'estomac. Je sentais que mes organes se prenaient pour un yoyo, ce qui n'est pas vraiment le meilleur moyen de garder son déjeuner là où il doit être. Et même si j'ai aimé cette expérience, j'ai été enchanté (et déçu, en même temps) quand nous avons pris le chemin du retour. A la descente de l'appareil, j'avais les jambes en coton, mais j'étais le roi du monde. Je ne risque pas d'oublier ce vol en avion de chasse avant un bon moment ! Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce baptême en avion de chasse.

avion 2

Posté par scoureau à 15:46 - Permalien [#]
26 mars 2019

Résorber la pauvreté

S'il était si facile d'ajouter plus de logements abordables, des villes comme New York et San Francisco seraient très différentes de ce qu'elles sont aujourd'hui et beaucoup moins chères. Il est coûteux de construire de nouveaux appartements et maisons dans des villes où la terre coûte cher, et les promoteurs veulent récupérer leur investissement le plus rapidement possible, ce qui signifie qu’ils doivent payer beaucoup pour le loyer. Cela ne veut pas dire que les villes, les États et le gouvernement fédéral n’ont pas mis à l’essai quelques stratégies pour accélérer la construction de logements abordables. Certains d'entre eux ont-ils été efficaces? Des crédits d’impôt fédéraux pour l’habitation à faible revenu aident certains promoteurs à construire des logements abordables à 100%. Mais les promoteurs se font concurrence pour obtenir ces crédits d’impôt, et il n’ya pas assez de choses à faire pour construire des logements abordables pour toutes les personnes qui en ont besoin, encore moins pour ceux qui n’ont pas de maison au départ. Les politiques de zonage d'inclusion peuvent aider à créer plus de logements abordables; dans des endroits tels que le comté de Montgomery, dans le Maryland, par exemple, tous les nouveaux appartements Les immeubles de plus d'un certain nombre d'unités doivent en réserver quelques-uns pour être désignés comme logements abordables, à des prix bien inférieurs au loyer du marché. Cependant, les promoteurs doivent généralement répercuter le coût de ce loyer perdu sur les autres locataires, ce qui augmente le loyer au taux du marché. Dans la plupart des municipalités, le zonage d'inclusion est volontaire, ce qui signifie que les promoteurs qui incluent des unités abordables peuvent contourner certaines réglementations, ce qui leur permet de construire plus haut, par exemple, ou de densifier leurs bâtiments. Rendre ce type de zonage obligatoire peut toutefois s'avérer délicat, car les promoteurs affirment qu'ils ne peuvent pas facturer suffisamment pour que les logements au tarif du marché situés dans les quartiers à revenu faible ou intermédiaire subventionnent des logements abordables. En mars, la ville de New York a rendu obligatoire le zonage d'inclusion dans certains quartiers et les promoteurs se plaignent déjà de la difficulté croissante à construire des logements abordables dans la ville.

Posté par scoureau à 14:11 - Permalien [#]
26 janvier 2019

Incentive d'Istanbul

Je suis de la génération Mario. De même que mes collègues, et nous sommes donc tous au final accros aux jeux vidéo. Et récemment, j'ai participé à un incentive à Istanbul où nous avons, une fois n'est pas coutume, discuté de l'actualité vidéo-ludique. Nous nous sommes notamment penchés sur le cas Microsoft, qui en intrigue plus d'un. Nous sommes persuadés que la prochaine Xbox One X sera un échec cuisant. Et la dernière conférence de Microsoft qui a eu lieu à Cologne n'a fait que confirmer nos soupçons ! La firme de Redmond est totalement incompréhensible, dans ce domaine. D'un simple point de vue économique, cette boîte pourrait ensevelir son concurrent. Théoriquement, Microsoft est tout à fait incapable de perdre un tel combat. Et pourtant, en définitive, c'est Sony qui trône en pôle position avec sa PS4. C'est du délire ! Comment une entreprise peut-elle manquer à ce point de discernement ? Pour qu'une console de salon se vende par palettes, le hardware n'est pas le plus important : ce sont les jeux qui sont capitaux. Pour ma part, par exemple, je me suis acheté la première Xbox pour découvrir Forza Motorsport. Sony le sait, et propose systématiquement à chaque génération des exclus qui font un effet boeuf : Death Stranding, Days Gone, etc. Microsoft, néanmoins, se concentre uniquement et bêtement sur la puissance du hardware. Il n'est plus en mesure de produire une licence inédite depuis pas mal d'années, et se complaît dans ses vieilles exclus anné après année (Forza Motorsport numéro 7, par exemple). C'est carrément extraordinaire, ce manque de réactivité, quand même ! Et il y a un risque non négligeable que la nouvelle console de Microsoft soit l'échec de trop. La firme de Redmond doit vraiment se réveiller si elle veut revenir dans la couse ! Quoi qu'il en soit, je me suis beaucoup amusé durant cet incentive. Vous pouvez vous rendre sur le site de l'agence qui nous l'a concocté, si vous voulez voir à quoi ça ressembait. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du site sur cette expérience incentive à Istanbul qui est très bien fait sur ce thème.

Posté par scoureau à 09:24 - Permalien [#]
22 janvier 2019

Qui est Castaner

Ancien maire de Forcalquier devenu député puis délégué général de La République en marche et secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, Christophe Castaner est aujourd’hui un homme qui fait partie d’un cercle rapproché du président de la République. Et pourtant, qui aurait cru qu’il a connu une jeunesse mouvementée ? Ce dimanche 3 juin, Le JDD lève le voile sur sa face cachée, enfouie dans son passé mais dont certains détails font encore partie de sa vie. En 2008, Christian Oraison, un caïd des Alpes-de-Haute-Provence, a été abattu de plusieurs balles. De ses années méridionales, il a conservé « quelques discrètes cicatrices » et un souvenir : sa chaîne en or, autour du cou. Il s’agit d’un cadeau de sa mère, qu’il a refusé d’enlever malgré les demandes de tous les communicants. « Je ne l'ai jamais quittée. Je la cache en mettant une cravate parce qu'il paraît que sinon, ça fait trop kéké », confie au JDD l'ex-porte-parole du gouvernement. Son ancrage n’est pas tombé du ciel. En 2001, la «Cité des quatre reines» était dirigée par un RPR. Encouragé par Jean-Louis Bianco, le patron du département, ancien ministre de François Mitterrand, Castaner se lance dans une campagne de porte-à-porte. Son épouse, Hélène, suit avec leur fille aînée dans la poussette. «“Boîte aux lettres”, ce sont les premiers mots qu’elle a prononcés», rigole-t-il encore. La victoire est une surprise. L’apparatchik, qui a écumé jusque-là les cabinets des ministres socialistes (Catherine Trautmann, Michel Sapin ou Tony Dreyfus, le maire du Xe à Paris), change de vie. Hélène entame une carrière de cadre bancaire à Aix-en-Provence. Il gravit les échelons : vice-président du conseil régional en 2004, député des Alpes-de-Haute-Provence en 2012. Le couple acquiert une jolie bastide sur les hauteurs de la ville. ’un contrat à long terme signé avec TransCanada Energy. Imaginez si Hydro-Québec avait construit les 12 centrales au gaz prévues avec des contrats signés à ces conditions avec le privé. La centrale au gaz Le Suroît est un projet proposé par la haute direction et appuyé par le Conseil administration d’Hydro-Québec. La résistances s’organise et est déterminée à faire reculer le gouvernement. Cette victoire citoyenne aura une porté considérable puisqu’elle a fait dérailler les projets en partenariat avec le privé d’une dizaine de centrales au gaz. Le Conseil d’administration : « Pour nous, ce projet est essentiel si l’on ne veut pas manquer de courant au cours des prochaines années. La haute direction d’Hydro-Québec recevra un appui de taille ce matin. Les membres du conseil d’administration de la société d’État réunis dans la métropole devraient renouveler leur profession de foi envers le très controversé projet de centrale au gaz naturel du Suroît. « La période des examens est vue comme la saison de récolte au ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) tant par le petit personnel que par le ministre », a dénoncé l’ancien ministre de l’Éducation nationale. De plus, a renchéri Jacques Edouard Alexis, des fonctionnaires en connivence avec des particuliers fraudent dans les contrats de réparation ou de reconstruction des infrastructures scolaires. Plus loin, Jacques Edouard Alexis a révélé que la préparation du budget de la République est l’un des problèmes majeurs sur lesquels la présidence et la Primature ne s’entendent pas toujours. Dans le cadre d’un projet démocratique, a-t-il dit croire, la lutte contre la corruption s’impose parce qu’elle est contre la promotion des droits de l’homme. En outre, Jacques Edouard Alexis a questionné certaines règles établies : « Est-ce qu’un président doit être considéré comme mineur dans l’exercice de ses fonctions ? Doit-on permettre aux parlementaires de participer à la nomination des ministres ? Abondant dans le même sens, Yvon Neptune, Premier ministre d’Haïti de 2002 à 2004, a situé un Premier ministre dans le contexte de la Constitution et des lois. Un Premier ministre est nommé par le président et ratifié par le Parlement. Ensemble, le Premier ministre et le président choisissent les autres ministres du gouvernement. « Je ne sais pas si ça a été ainsi dans votre cas, a-t-il farouchement lancé aux autres ministres, . Dans la foulée, M. Neptune a critiqué le pouvoir législatif dans la manière dont il gère la question des décharges. Selon lui, de la 46e à la 50e législature, les parlementaires n’ont pas rempli leur rôle. De son côté, Michèle Duvivier Pierre-Louis, Première ministre de 2008 à 2009, a jugé que la corruption est partout et qu’elle est massive. Elle a plutôt mis l’accent sur la transparence et la bonne gouvernance, vecteurs de développement. A cet effet, l’ancienne Première ministre a avoué avoir vainement essayé d’initier le gouvernement électronique (E-Gouvernement) pour lutter contre la corruption et harmoniser les actions du gouvernement lors de son mandat. Le gouvernement électronique utilise les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), permet d’améliorer la qualité des services publics, promeut l’interaction entre les entreprises et renforce la participation des citoyens par l’accès à l’information. L’E-Gouvernement permet aussi de réinventer les processus administratifs pour atteindre la bonne gouvernance tout en réduisant la corruption au profit de la transparence et de la réduction des coûts des services administratifs. Entre 2008 et 2009, des démarches ont été entamées avec d’autres gouvernements pour analyser les impacts et la démarche à suivre pour qu’Haïti se dote de gouvernement électronique. Sans se dédouaner de leurs responsabilités, les trois anciens Premiers ministres ont profité du colloque pour manifester leurs désaccords avec des pratiques obsolètes qui persistent encore au timon des affaires du pays. Sciemment, les trois anciens premiers ont démontré comment la corruption gangrène les institutions étatiques en raison de la volonté des décideurs à ne pas s’accorder pour atteindre le même objectif et éradiquer les tares.

Posté par scoureau à 08:10 - Permalien [#]
02 novembre 2018

Un jet se crash en Algérie

Un avion de transport militaire s'est écrasé mercredi dans un champ près de la capitale algérienne, faisant au moins 257 morts dans le pire désastre de l'aviation en Afrique du Nord. L’origine de l’accident, peu après le décollage de l’aéroport militaire de Boufarik, situé à 16 km au sud-ouest d’Alger, n’a pas été immédiatement comprise. Le chef d'état-major de l'armée, le major-général Ahmed Gaid Salah, est allé inspecter le site et a ordonné l'ouverture d'une enquête, a annoncé le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Les victimes comprenaient 247 passagers - la plupart des soldats et leurs familles - et 10 membres d’équipage, indique le communiqué. Il n'y avait aucune mention de survivants. Le Front Polisario, un mouvement soutenu par l'Algérie qui cherche à obtenir l'indépendance du Maroc pour la région du Sahara Occidental, a déclaré que 30 de ses habitants faisaient partie des personnes tuées. C'étaient des réfugiés, y compris des femmes et des enfants, qui avaient été soignés dans des hôpitaux algériens, a déclaré le groupe à l'agence Associated Press. Les restes des victimes ont été transportés à un hôpital militaire de la ville de Ain Naadja pour identification. La chaîne de télévision algérienne Ennahar a diffusé des images de dizaines d'ambulances alignées dans un champ verdoyant, alors que des grues se penchaient sur le fuselage noirci pour enlever les débris. Des dizaines de sacs mortuaires étaient alignés sur le sol. Trois témoins ont déclaré avoir vu des flammes provenir de l'un des moteurs de l'avion alors qu'il décollait vers 8 heures du matin. L'avion de transport russe Ilyushin-76 a semblé virer à droite pour éviter une zone peuplée avant qu'il ne s'écrase dans un champ agricole vide, plusieurs les gens ont dit. Mohammed Slimani, qui travaille dans une école de la ville voisine de Blida, a déclaré avoir entendu une explosion et s'est rendu sur les lieux. "L'épave a été engloutie dans une boule de feu", a-t-il déclaré. "L'équipe de secours de la base aérienne est arrivée 10 minutes après l'accident et a commencé à éteindre l'incendie et à récupérer les corps." Une épaisse fumée noire s'échappait du lieu de l'accident alors que des dizaines de pompiers et autres secouristes se pressaient autour de l'épave. le L'avion se dirigeait vers la ville frontalière éloignée de Tindouf, site de camps de réfugiés pour les personnes fuyant le conflit qui sévit depuis plusieurs décennies au Sahara occidental, avant de poursuivre sa route vers la ville de Béchar, dans le sud-ouest algérien. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a déclaré trois jours de deuil national. Le bilan de mercredi a dépassé l'accident d'avion le plus meurtrier du pays: en juillet 2014, un vol Air Algérie du Burkina Faso à destination de l'Algérie s'est écrasé dans le désert malien. Les 118 passagers et membres d'équipage ont été tués. En février de la même année, un autre avion de transport militaire algérien, un turbopropulseur C-130 Hercules de construction américaine transportant au moins 78 personnes, s'est écrasé sur un terrain montagneux dans la province d'Oum El Bouaghi, dans le nord-est du pays. Une personne a survécu. En 2003, un avion à réaction d’Algérie s’est écrasé au décollage de Tamanrasset, dans le sud de l’Algérie, tuant toutes les 103 personnes à bord, sauf une. Pour plus d'informations, allez sur le site de cette expérience de vol en avion de chasse et trouvez toutes les infos.

Posté par scoureau à 14:27 - Permalien [#]